20 ANS DE FAUSSES STATISTIQUES SUR LA PRODUCTION DE RIZ

PARTAGER SUR

Depuis des décennies le gouvernement importe du riz sur la base de statistiques erronées, ce qui a logiquement fini par entraîner une offre excédentaire de stock. Cette année, l’heure est donc à l’export de cette céréale.

Le Badan Pusat Statistik (Le Bureau National des Statistiques) déclare avoir remanié sa méthode d’étude de la production de riz afin d’obtenir des données plus précises. Chaque fin de mois, des employés de terrain sillonnent ainsi près de 200 000 rizières pour vérifier l’exactitude des informations obtenues par satellite. Certains  agents vérificateurs ont souligné la difficulté de la tâche et ont même indiqué avoir l’impression de faire « la chasse aux Pokemon » , faisant ainsi référence au jeu vidéo de réalité augmentée où les joueurs partent à la recherche de monstres virtuels dans leur environnement.

Grâce à cette nouvelle méthode, M. Suhariyanto  (responsable du Bureau National des Statistiques) indique qu’il sera possible d’avoir une visibilité de la production de riz sur un trimestre. La première publication de données obtenues grâce à cette méthode aura lieu dès le mois de mai.

Une bonne nouvelle pour le gouvernement accusé par l’opposition de mauvaise gestion de la politique agricole face à l’afflux d’importation qui a fait baisser les prix locaux et creusé le déficit de la balance commerciale.

Depuis 2016, aucune donnée sur la production n’était officiellement communiqué par le Bureau National des Statistiques qui soupçonnait une inexactitude de la méthode de calcul depuis 20 ans.

Les importations de riz blanchi par Bulog – Agence nationale d’importation alimentaire – et certaines entreprises privées ont sextuplé pour atteindre près de 2,3 millions de tonnes au cours de l’année commerciale 2017-2018, selon le Ministère américain de l’Agriculture.

Le riz, aliment de base de la majorité des 260 millions d’Indonésiens, contribue à hauteur de 3,8 % de l’indice des prix à la consommation, ce qui en fait l’un des produits les plus suivis avec le piment, la viande, l’ail et le sucre. 

SOURCEmatamatapolitik
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE